Guterres s’engage à lutter contre l’antisionisme à l’ONU

Quand Israël, les USA, et l’ONU préparent l’opinion mondiale à criminaliser l’antisionisme !

Alors que le peuple palestinien souffre le martyr dans l’indifférence de la communauté internationale, ce sont les représentants de l’entité sioniste criminelle que le Secrétaire général des Nations Unies, Antonio Guterres, est allé rassurer.

En effet, ce dernier s’est exprimé dimanche 23 avril dernier devant l’assemblée générale du Congrès juif mondial à New-York, où il a reconnu que:

« la négation du droit de l’État d’Israël à exister est l’une des formes de l’antisémitisme moderne ».

 

Par cette déclaration, il participe à l’amalgame entretenu sciemment par le lobby sioniste entre antisionisme et antisémitisme.

Antonio Guterres s’est engagé à lutter contre la partialité anti-israélienne à l’ONU et a ajouté que ce pays « devait être traité comme n’importe quel état membre ».

« J’ai déjà eu l’opportunité de montrer que je suis prêt à me plier à ce principe, même quand il me contraint à prendre des décisions difficiles »,

a-t-il ajouté, en référence à un clivage qui se renforce au regard de la partialité de l’ONU et exacerbé le mois dernier, lorsqu’ une experte de l’ONU a publié une virulente critique de la politique israélienne.

En effet, l’ancienne secrétaire générale adjointe et ressortissante jordanienne, Rima Khalaf, de la Commission économique et sociale pour l’Asie occidentale, avait déclaré que Guterres lui avait demandé de retirer un rapport dans lequel elle accusait Israël d’être un « pays d’apartheid », suite à quoi elle avait démissionné. Bel acte de courage pour une femme digne souhaitant garder son intégrité morale et son humanité…

 

Deux jours plus tard, lors de ce même Congrès juif mondial, c’était Nikky Haley, l’ambassadrice des États-Unis à l’ONU, qui déclarait que l’organisme « devait abandonner son obsession anti-israélienne », en ajoutant que c’était « un nouveau jour pour Israël à l’ONU ».

 

On se souvient que Haley avait déjà donné le « la » lors de la conférence annuelle de l’AIPAC de mars dernier, en y affirmant que « l’époque où l’on dénigrait Israël » était révolue et que « si les états membres de l’ONU continuaient à diaboliser Israël, les USA comptaient frapper à chaque fois ».

Dans la foulée des déclarations de Guterres à New-York, 100 sénateurs américains ont paraphé une lettre adressée au Secrétaire général jeudi 27 avril dernier, demandant à mettre fin à « l’inacceptable obsession anti-Israël » qui sévit dans l’instance internationale.

La lettre visait à mettre en œuvre des mesures afin d’améliorer le traitement d’Israël au sein de l’ONU, en particulier de la part de l’UNRWA (qui gère les réfugiés palestiniens), du Conseil des Droits de l’Homme (taxé d’obsession antisioniste), et de l’UNESCO (accusée d’avoir nié les liens entre le peuple juif et les lieux saints).

Le ton avait déjà été donné par le Président américain Donald Trump qui avait placé « la défense d’Israël » au cœur de sa politique étrangère en déclarant le 15 février dernier « Je m’oppose aux actions injustes et unilatérales menées par les Nations unies contre Israël », durant sa conférence de presse avec le Premier ministre et criminel de guerre Benjamin Netanyahu à Washington.

 

Ainsi donc, depuis sa nomination au poste de Secrétaire général de l’ONU en janvier 2017, Antonio Guterres, ancien Premier ministre du Portugal, s’est vu soumis à une intense pression de la part de l’Empire américano-sioniste en faveur des intérêts israéliens.

 

En peu de temps, et comme à son habitude, le lobby a activé ses réseaux pour mettre une pression maximale et disproportionnée sur l’ONU en vue de « castrer » d’entrée son nouveau premier responsable et lui ôter toute velléité de sympathie pour le peuple palestinien.

Peut-être que cette façon de mettre le paquet d’emblée est due à une certaine méfiance envers Guterres qui avait osé s’émouvoir auparavant du sort des Palestiniens. En effet, en 2009, il avait affirmé que le conflit à Gaza était « le seul conflit au monde où les personnes n’ont même pas la possibilité de fuir », alors qu’il avait régulièrement accusé l’armée criminelle israélienne de faire payer « un lourd tribut aux civils dans ce conflit, notamment les enfants ».

Pourtant, le responsable s’est aussi rendu plusieurs fois dans l’entité sioniste lorsqu’il était Premier ministre du Portugal, afin d’y rencontrer les criminels de guerre Benjamin Netanyahu et Ehud Barak, cautionnant ainsi ce régime colonial infanticide.

Toujours est-il qu’après cette prosternation officielle du Secrétaire général devant les instances sionistes, ceux qui accusaient de « complotisme » les personnes affirmant que l’ONU était soumise au lobby pro-israélien et aux USA, en seront pour leur frais.

 

guterres-onu-antisionisme

Une démonstration de plus que l’organisation n’est que le jouet de l’entité sioniste criminelle et des États-Unis, et qu’il faut donc l’écarter de toute recherche de solutions objectives aux problèmes du monde, dès lors que les intérêts américano-sionistes sont touchés.

 

Le Parti Anti Sioniste s’insurge contre cette hypocrisie consistant à vouloir « traiter comme tous les autres états membres » une entité qui contrevient depuis sa création artificielle, à toutes les règles du droit international.

 

Comment oser affirmer que l’entité criminelle israélienne est « comme n’importe quel état de l’ONU » étant donné sa nature coloniale, raciste et criminelle ???

S’il devait être traité comme n’importe quel état, il aurait été trainé depuis longtemps devant le tribunal pénal international (TPI dont il n’est même pas signataire) et ses dirigeants jugés pour crimes de guerre contre l’humanité.

 

Ce qui est « inacceptable » ce n’est pas la soi-disant « obsession anti-israélienne » mais plutôt le comportement de l’entité sioniste criminelle qui agit comme elle l’entend, en toute impunité, et exige que l’ONU couvre ses exactions, rendant ainsi cette organisation complice de ses crimes.

 

Ce qui est « inacceptable », c’est que le premier responsable de l’ONU accepte le diktat de la propagande sioniste en assimilant l’antisionisme à l’antisémitisme, oubliant que dans une résolution datant du 10 novembre 1975, l’ONU avait clairement considéré que «  le sionisme était une forme de racisme ».

 

Avec cela, il ne faut guère s’étonner de la défiance et du mépris des peuples du monde vis-à-vis de cette organisation qui apparaît aujourd’hui pour ce qu’elle est : un instrument au service de l’Empire américano-sioniste.

 

Par ailleurs, le Parti Anti Sioniste appelle les Juifs du monde entier à se révolter contre les institutions censées les représenter et qui ne cessent de défendre les intérêts du sionisme et de l’entité criminelle, portant ainsi préjudice à l’ensemble des adeptes du judaïsme dont beaucoup sont farouchement opposés à cette idéologie néfaste et criminelle.

Une pensée particulière va à cette communauté de juifs authentiques qui refuse de reconnaitre cette entité illégitime et qui, à travers cet amalgame sionisme/judaïsme, est taxée d’antisémitisme…

 

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=17453
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste
16 mai, 2017 Actualités, Infos antisionistes, Vidéos
2017-05-16T08:06:06+00:00

Commentaires Facebook