Enfants yéménites : l’Unicef tire la sonnette d’alarme

Au Yémen, actuellement, au moins un enfant meurt toutes les dix minutes de maladies qui peuvent être évitées, comme la diarrhée, la malnutrition et les infections respiratoires !

Geert Cappelaere, directeur régional de l’Unicef pour le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, tire la sonnette d’alarme concernant la propagation rapide du choléra au Yémen.

Samedi 3 juin, il a publié un communiqué afin de mettre en garde contre la situation catastrophique dans laquelle vivent les enfants de ce pays ravagés par l’agression saoudo-américano-sioniste.

« La propagation rapide du choléra au Yémen laisse prévenir que le bilan des personnes touchées par le choléra atteindra les 130 000, dans deux semaines », a-t- il affirmé suite à sa visite au Yémen.

Il a également fait part de 70 000 cas de choléra rien qu’en seulement un mois, s’ajoutant aux 600 Yéménites ayant déjà perdu la vie.

Et d’ajouter :

« Pendant mon séjour, je me suis rendu à l’un des rares hôpitaux du Yémen où sautaient aux yeux des scènes bouleversantes ; les enfants qui vivaient les derniers moments de leur vie et les bébés, ayant moins d’un kilo, qui luttaient pour leur vie. Certains des enfants que j’ai vus sont morts la même nuit ».

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a annoncé que le bilan des victimes du choléra avait atteint les 605 personnes au Yémen sachant qu’il y a eu 65 300 cas recensés de cette épidémie, depuis le 27 avril dernier. La malnutrition, qui sévit dans le pays aggrave particulièrement cette désastreuse situation, dont les premières victimes sont les enfants de moins de 5 ans exposés alors de plein fouet au choléra.

Rappelons que la guerre déclenchée en mars 2015 par le régime autocratique de l’Arabie saoudite contre le Yémen et les blocus maritime, aérien et terrestre qu’il impose toujours, rendent difficile la lutte contre l’épidémie de choléra.

 

Le conflit au Yémen s’est intensifié de façon significative depuis mars 2015. En effet, 20 des 22 gouvernorats du pays sont touchés, et les besoins humanitaires ont fortement augmenté. Conséquences des frappes aériennes quotidiennes, des tirs d’obus et des combats au sol, la destruction des infrastructures civiles comme les hôpitaux, les écoles, les routes et les ponts, ainsi que l’effondrement des services publics (santé, eau et assainissement). De ce fait, plus de 21 millions de personnes (soit 80% de la population totale) dont 9,9 millions d’enfants ont besoin d’une assistance humanitaire urgente.
Il est à savoir que tout approvisionnement en nourriture, en carburant ou en médicaments reste très limité. S’ajoutent à cela le manque d’eau potable et de système d’assainissement qui mettent en grand danger la santé de millions de personnes.

Sur les plus de 3 700 personnes tuées et 18 000 blessées, nous comptons 398 enfants tués et 605 blessés.

Depuis le mois de mars dernier, les cas de violations des droits de l’enfant ne cessent d’augmenter et ces derniers sont soumis à un stress psychologique important en raison de la violence prolongée, de l’instabilité et des déplacements. Malgré l’insécurité et les difficultés d’accès à la population, l’UNICEF maintient et renforce ses interventions dans le pays en faveur des enfants les plus vulnérables.
Comme un malheur n’arrive jamais seul, la présence de mines anti-personnelles et d’engins non-explosés est confirmée ou suspectée dans au moins 15 gouvernorats, et il n’y a pas d’activités de déminage en cours. L’éducation aux dangers des mines est donc la seule mesure préventive mise en place.

Au Yémen, plus de 10 millions d’enfants ont besoin d’une aide humanitaire d’urgence !

Le Parti Anti Sioniste est atterré face à la situation catastrophique que connaît le peuple yéménite, particulièrement les personnes les plus vulnérables que sont les enfants.

 

Nous nous interrogeons :

 

Comment, est-il possible que les hommes du XXIème siècle laissent agir à leur guise des barbares incultes, archaïques et dégénérés, pour qu’ils infligent de telles souffrances, physiques et psychologiques à un peuple souverain ne demandant qu’à vivre librement sur son territoire ?

Que faites-vous donc, vous les responsables des organisations internationales telles l’ONU ou l’OMS, hormis établir des bilans des victimes, alors qu’un peuple tout entier se meurt à petit feu au su et au vu du monde entier ?

 

Garder le silence face à de tels crimes est un crime encore plus grand et toute personne ayant pu y remédier et qui n’a pas agi aura à répondre de son laxisme.

Se croire à l’abri de l’adversité tout en restant indifférent à la souffrance de son prochain est la pire erreur à commettre !

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=18009
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste
15 juin, 2017 Actualités, Infos antisionistes, Vidéos
2017-06-15T07:49:06+00:00

Commentaires Facebook