› Égypte : L’ambassadrice américaine rencontre discrètement de jeunes activistes…
15
Sep

Égypte : L’ambassadrice américaine rencontre discrètement de jeunes activistes…

Imprimer
Jeudi, 15 Septembre 2011 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Anne Patterson, ambassadrice des États-Unis en Égypte.Anne Patterson, ambassadrice des États-Unis en Égypte.

Égypte : L’ambassadrice américaine rencontre discrètement de jeunes activistes…

L’ambassadrice des États-Unis en Égypte, Anne Patterson, a rencontré clandestinement un groupe de jeunes activistes égyptiens. Selon le correspondant de la télévision iranienne arabophone, Al Alam, la rencontre a eu lieu lundi 12 septembre, dans la bibliothèque d’Alexandrie. Les journalistes informés de la tenue de la rencontre ont été interdits d’accès à la bibliothèque et la direction de l’établissement a refusé de dévoiler l’identité de ceux qui y participaient.

L’ambassadrice a dit aux jeunes activistes égyptiens que les gouvernements égyptien et israélien œuvraient de concert pour mettre en place la démocratie et arriver à un compromis au Moyen-Orient, dans le respect des accords conclus entre l’Égypte et l’entité sioniste. La diplomate américaine avait précédemment rencontré le préfet de la ville d’Alexandrie, Oussam al-Fouli, connu pour ses liens étroits avec le régime déchu et pour avoir trempé dans des affaires de corruptions. Lors de leur entretien, il a été question de l’aide américaine dans tous les domaines…

A ce sujet, les grandes puissances du G8 et les organisations internationales ont annoncé samedi 10 septembre à Marseille, leur intention de doubler leur aide financière au « Printemps arabe », promettant de débloquer rapidement un soutien qui tarde à se concrétiser. Ces institutions financières (Banque mondiale, Banque africaine de développement, Banque européenne d'investissement, Banque islamique de développement, Fonds arabe pour le développement économique et social, Banque européenne pour la reconstruction et le développement, Fonds monétaire arabe, Fonds de l'OPEC pour le développement international et FMI) devraient prêter 38 milliards de dollars pour aider la Tunisie, l'Égypte, le Maroc et la Jordanie d'ici à 2013.

De nombreux observateurs font remarquer que le but réel de ces prêts est d’empêcher les révolutions égyptienne et tunisienne de se libérer du joug des Occidentaux, et d’entraver les mouvements de contestation en Jordanie et au Maroc, où sévissent actuellement des régimes pro-occidentaux.

© www.partiantisioniste.com/actualites/893
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte