› Bahreïn : L’alignement complet de la CEE et de la politique française sur Washington (F. Asselineau)
27
AOÛ

Bahreïn : L’alignement complet de la CEE et de la politique française sur Washington (F. Asselineau)

Imprimer
Lundi, 27 Août 2012 [Section :  Actualités antisionistes]
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte
Cet article a été partagé fois sur Facebook.  Faites le découvrir à vos amis !

Répressions au Bahreïn, silence complice à Washington et à Bruxelles…Répressions au Bahreïn, silence complice à Washington et à Bruxelles…Bahreïn : L’alignement complet de la CEE et de la politique française sur Washington (F. Asselineau)

Voici un extrait de l’article très instructif du professeur François Asselineau, sur la situation dans le Royaume du Bahreïn. […]

Une agitation politique et sociale depuis 2011

Le pouvoir confisqué par une seule famille, la composition socialement, religieusement et ethniquement très hétérogène de la population, la présence militaire américaine et la proximité de l'Iran, tout cela crée un cocktail politiquement explosif. Logiquement, une agitation sporadique anime le Bahreïn depuis déjà de nombreuses années. 

Mais cette agitation s'est brusquement aggravée au printemps 2011. Suivant la vague du « printemps arabe », le pays est secoué depuis le 14 février 2011 par un mouvement de contestation du régime, animé par plusieurs catégories de la population :

des musulmans chiites,

des jeunes désœuvrés,

des responsables politiques de sensibilité de gauche.

 Il y a de profonds désaccords entre ces opposants, mais tous réclament une monarchie constitutionnelle qui leur confèrerait la démocratie ou un accès au pouvoir. De plus en plus, certains se radicalisent en réclamant l'abolition pure et simple de la monarchie. Plusieurs grandes manifestations se sont ainsi déroulées, notamment une manifestation monstre d'opposants à la monarchie régnante qui a réuni, le 22 février 2011, plusieurs centaines de milliers de personnes dans la capitale Manama. Ce qui constituait un événement sans précédent historique dans ce petit pays indépendant depuis 1971.

Une répression féroce des manifestations

Le roi Hamad ben Issa Al Khalifa a répondu aux manifestants par la proclamation de la loi martiale et une répression féroce. On estime que plus de 80 manifestants sont morts à ce jour (soit au cours de heurts avec la police, soit sous la torture après leur arrestation), et que le nombre d'arrestations a atteint les 3 000. Pour un petit pays de 1,24 million d'habitants, ce sont des chiffres très élevés. […]

La répression contre Nabil Rajab

Bien qu'il ne soit pas le seul responsable politique d'opposition, l'une des figures centrales de la contestation est Nabil Rajab, un militant des droits de l'homme de confession chiite, qui préside le « Centre des droits de l'Homme ». Sa notoriété locale et régionale est devenue internationale lorsqu'il a été condamné, en juin dernier, à une peine de trois mois de prison pour avoir.... adressé un message Twitter constituant, d'après le tribunal, une « insulte aux sunnites ». Il avait en outre été condamné le 28 juin à 300 dinars bahreïnis (800 dollars) d'amende pour « insultes aux forces de l'ordre.» Mais le 16 août 2012, sa situation a singulièrement empiré puisqu'il vient d'être condamné à trois ans de prison pour « participation à trois manifestations non autorisées »…

Le double jeu des Etats-Unis et de l’Union Européenne

En pleine crise syrienne et alors que les États-Unis et l'Union Européenne ne cessent de fustiger le régime de Damas comme violant outrageusement les droits de l'homme, la décision du tribunal du Bahreïn contre Nabil Rajab tombe évidemment très mal. Car ce verdict attire soudain l'attention du monde entier sur le fait que les monarchies du Golfe -à commencer par le Royaume d'Arabie saoudite qui est une chasse gardée américaine- sont tout sauf des démocraties, et que les droits de l'homme y sont depuis longtemps bien plus bafoués encore qu'ils ne le sont dans la Syrie laïque. Dans ce dernier pays, au moins, la liberté religieuse, la sûreté et le « vouloir vivre ensemble » de chaque communauté religieuse sont très réels. […]

Les promesses mensongères de François Hollande

Outre que toutes ces déclarations lénifiantes des États-Unis, de l'Union Européenne et du Royaume-Uni ne changeront rien pour Nabil Rajab ni pour les milliers d'opposants incarcérés au Bahreïn, il est remarquable de constater qu'elles sont comme un copier-coller saisissant des déclarations que la Russie et la Chine ne cessent de faire au sujet de la situation en Syrie… à la plus grande indignation des États-Unis, de l'Union Européenne et du Royaume-Uni ! 

Dans ce que mes lecteurs me pardonneront d'appeler un « bal de faux-culs », le nouveau locataire de l'Élysée n'est hélas pas en reste. M. Hollande, qui se range, comme son prédécesseur, aux avis de Bernard-Henri Lévy pour décider de la stratégie de la France envers la Syrie, et qui n'a donc pas de déclarations assez indignées et violentes contre le régime de Bachar al-Assad a, au contraire, les yeux de Chimène pour la monarchie du Bahreïn. Le 7 août 2012, le président de la République a ainsi reçu en grande pompe sa Majesté Hamad ben Issa Al Khalifa, roi autocrate ayant 4 femmes et 12 enfants, et despote du Bahreïn qui proclame la loi martiale et fait tirer sur la foule à la première manifestation venue. 

Cette invitation est d'autant plus indécente que M. Hollande, il y a 3 mois à peine, faisait précisément campagne pour l'élection présidentielle en annonçant qu'avec lui, les dictateurs allaient trembler. […]

Qui tire les ficelles : L’Iran ou OTPOR ?

Malgré toute la sympathie spontanée que l'on peut éprouver pour Nabil Rajab et les opposants à la monarchie dictatoriale du Bahreïn, il est prudent de ne pas s'avancer sans connaître parfaitement les tenants et les aboutissants de toutes ces manifestations, spontanées ou non. Car dans ce genre de situation, des surprises ne sont jamais exclues. Tout d'abord parce qu'il existe plusieurs lectures de la crise :

Selon certains, cette crise découlerait de l'opposition confessionnelle chiite/sunnite ; compte tenu du contexte géopolitique, cela signifierait que l'Iran pourrait être à la manœuvre. En l'espèce, quel est exactement le jeu joué par les autorités de Téhéran ? On imagine sans difficultés que la théocratie iranienne peut avoir partie liée avec certains milieux chiites du Bahreïn, dans ce petit État que l'Iran affirma d'ailleurs être sa possession et qu'il revendiqua officiellement, de 1957 à 1970, comme étant sa 14ème province. La possibilité de déstabiliser un État qui sert de quartier général à la Ve Flotte américaine n'est certainement pas faite pour déplaire aux stratèges de Téhéran. 

Selon d'autres, cette crise ne serait pas une opposition chiite/sunnite mais une opposition plus classique : « droite/gauche » non confessionnelle. Mais on doit se demander alors comment il se fait que cette opposition droite/gauche sorte soudain d'un chapeau et comment elle s'articule avec l'opposition chiite/sunnite. 

C'est ici qu'apparaît un élément plus inattendu. Selon des sources concordantes, un certain nombre de jeunes manifestants seraient membres du « Mouvement des jeunes pour la Liberté du Bahreïn » et auraient reçu une formation du groupe OTPOR, comme certains « révolutionnaires » tunisiens ou égyptiens.

Cela conduit à rappeler que le groupe OTPOR, mot serbe qui s'écrit « Отпор » en cyrillique et signifie « Résistance » est une organisation :

qui joua un rôle majeur dans la chute du régime de Slobodan Milošević en ex-Yougoslavie,

et qui est ensuite devenue un centre de formation pour de jeunes révolutionnaires de différents pays, notamment en Géorgie, puis en Ukraine, mais aussi en Biélorussie et dernièrement, en 2011, en Égypte.

Or, le financement d'OTPOR provient notamment : 

de la « Freedom House » qui est financée directement par... le gouvernement des États-Unis et qui reçoit aussi des dons d'organisations caritatives ou de l'Union européenne.

et de l’ « Open Society Institute », la célèbre fondation créée par le célèbre milliardaire américain George Soros, très lié à David Rockefeller, et dont les liens avec toute l'oligarchie euro-atlantiste et les services secrets américains sont un secret de Polichinelle. […]

Source

© www.partiantisioniste.com/actualites/1195
Envoyer par Email !
Imprimer !
  URL courte