• CRIF, Pandémie, Pablo Escobar – PAS l’Info

    National : Dîner du CRIF ou l’allégeance au sionisme ! ; C’est fait le méga-fichier est effectif ! Internati ...

  • Le président libanais met en garde Israël !

    L’entité sioniste criminelle avait bien raison de s’inquiéter de l’élection du Général Michel Aoun à la présidence du Li ...

  • NO COMMENT!

    ...

  • Dîner du CRIF 2017 : Israël donne le ton

    Mercredi dernier avait lieu le très prisé « dîner du CRIF », où le tout Paris se presse pour écouter religieusement les ...

  • La ville syrienne d’Al-Bab aux mains des Turcs

    Après plusieurs mois de combats opposant l’armée turque (aidée des rebelles de l’ASL) et le groupe terroriste de Daesh, ...

  • Élection de Yahya Sinwar : Israël s’inquiète…

    La situation en Palestine occupée risque de connaitre des bouleversements dans les semaines à venir, en raison de l’élec ...

  • Bill Gates annonce une pandémie !

    « La communauté internationale doit réaliser qu’elle doit au plus vite se préparer à une pandémie mondiale », a es ...

  • NO COMMENT !

    ...

CRIF, Pandémie, Pablo Escobar – PAS l’Info

National : Dîner du CRIF ou l’allégeance au sionisme ! ; C’est fait le méga-fichier est effectif !
International : Bill Gates annonce une pandémie ! ; Les Pays du Golfe normalisent leurs relations avec Israël !
Brèves : L’assassin israélien élevé au rang de héros national ! ; Un décret ouvre les forêts françaises protégées à l’exploitation minière ! ; C’est aux médias de «contrôler ce que les gens pensent» ; Le fils de Pablo Escobar : « Mon père travaillait pour la CIA »

Facebook/PASLINFO

Freebox, rubrique « vidéo perso »

paslinfo.blogspot.fr

© http://www.partiantisioniste.com/?p=16175
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste

Le président libanais met en garde Israël !

aoun_hezbollahL’entité sioniste criminelle avait bien raison de s’inquiéter de l’élection du Général Michel Aoun à la présidence du Liban le 31 octobre dernier, après deux années de vide institutionnel.

Ainsi, lors de sa prise de fonction, le Général avait affirmé : « La lutte contre Israël est une priorité nationale », avant de réitérer quelques mois plus tard son soutien au Hezbollah, soulignant la nécessité des « armes de la résistance face à l’occupation israélienne ».

« Les armes du Hezb n’affaiblissent en aucun cas l’État », avait-t-il indiqué dans une interview à la chaîne CBC. « Elles représentent l’un des piliers essentiels de la stratégie défensive du pays. Nous avons besoin de la résistance tant que nos terres sont occupées par les Israéliens », avait encore ajouté le chef de l’État.

 

Cet homme, aux convictions solides, vient de prouver une nouvelle fois qu’il ne cédait pas devant les menaces et pressions, tant israéliennes que celles provenant de la scène libanaise.

 

En effet, le président Aoun a affirmé samedi dernier 18 février, que son pays ne tolérerait aucune agression commise par Israël contre la souveraineté nationale libanaise.

 

« Le temps de la politique agressive d’Israël est révolu et toute tentative de ce régime en vue de violer la souveraineté libanaise ou agresser les Libanais recevrait une réponse appropriée », a-t-il indiqué dans un communiqué, à l’issue d’une réunion qui regroupait certaines personnalités du pays.

 

 

 

 

Le président Aoun réagissait à une lettre adressée au secrétaire général des Nations Unies par l’ambassadeur israélien à l’ONU, Dany Danon, concernant les propos lancés le jeudi précèdent par Seyyed Hassan Nasrallah, Secrétaire général du Hezbollah. (suite…)

© http://www.partiantisioniste.com/?p=16167
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste

Dîner du CRIF 2017 : Israël donne le ton

Conseil Représentatif d'Israel en France (CRIF)

Conseil Représentatif d’Israël en France (CRIF)

Mercredi dernier avait lieu le très prisé « dîner du CRIF », où le tout Paris se presse pour écouter religieusement les recommandations (ou les directives..) de cette institution, devenue incontournable pour quiconque souhaite réussir sa carrière politique.

Ainsi, on comptait parmi les 800 invités, le président François Hollande, plusieurs ministres ou ex-ministres, toutes tendances confondues, mais aussi les candidats à l’élection présidentielle, François Fillon, Benoît Hamon et Emmanuel Macron.

On notera cependant l’absence de deux candidats qui ont été privés de dîner : «Marine Le Pen et Jean-Luc Mélenchon ne sont pas invités car ils véhiculent la haine», a expliqué le président de l’organisation communautaire, Francis Kalifat, ajoutant : « À l’extrême-droite, il y a un rejet de l’étranger, et à l’extrême-gauche, c’est la haine d’Israël. Donc je crois qu’ils n’ont pas leur place à ce dîner ».

 

De son coté, lorsqu’on lui demande pourquoi Marine Le Pen, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot ne sont pas conviés alors qu’ils représentent 40% de l’électorat au premier tour selon les sondages, le vice-président du CRIF, Yonathan Arfi, rétorque clairement :

« Compte-tenu des positions xénophobes et populistes du FN, du passé vichyste d’une partie de ses fondateurs, cela nous paraît irresponsable politiquement et scandaleux moralement d’inviter Mme Le Pen. Une partie de l’extrême-gauche véhicule un discours de haine vis-à-vis de l’État d’Israël qui nourrit l’antisémitisme en France. Quant aux Verts, ils soutiennent le mouvement BDS (qui prône le boycott des produits israéliens pour protester contre la colonisation) que nous ne pouvons pas cautionner ».

 

Lors de ce dîner, le chef de l’État, François Hollande, a pris la parole et appelé à renforcer la lutte contre l’antisémitisme, car il estime que «la haine d’Israël» est un «prétexte» au racisme anti-juif.

 

Le président du CRIF, pour sa part, a construit son discours autour du sempiternel amalgame qui voudrait qu’antisémitisme et antisionisme soient équivalents. En dénonçant l’ «obsession» anti-Israël, il a affirmé sous les applaudissements : «L’antisionisme n’est rien d’autre que l’expression contemporaine de l’antisémitisme». CQFD.

 

Francis Kalifat en a aussi profité pour appeler à interdire le mouvement BDS en France, là encore, sous les applaudissements.

Fervent ambassadeur de l’entité criminelle israélienne, le premier responsable du CRIF nous a dressé un tableau idyllique d’Israël, qu’il a décrit, sans rire, comme «une démocratie, un État de droit et un pays de libertés». Pour les Israéliens, aurait-il dû préciser, car pour les Palestiniens c’est une toute autre histoire.

En bon agent du sionisme et de la division qu’il est, Kalifat en a aussi profité pour stigmatiser la communauté musulmane de France, tout en se défendant évidemment de le faire.

«Je ne dis pas que tous les Français musulmans, tous les sympathisants du Front national et tous les sympathisants de l’extrême gauche sont antisémites. Je fais le constat que les antisémites sont surreprésentés dans ces trois groupes » a-t-il affirmé, en nous ressortant la bonne vieille théorie du complot antisémite de l’alliance vert-brun-rouge.

 

 

 

Ainsi donc, le CRIF apparait une fois de plus pour ce qu’il est : le « Conseil Représentant Israël en France », c’est-à-dire la voix de l’entité sioniste criminelle dans notre pays.

Mais ce qui est plus grave encore c’est la façon dont nos responsables politiques se prosternent, sans aucune fierté ni pudeur, devant ce que le pourtant ultra-sioniste Alain Finkielkraut qualifiait en 2005 de « tribunal dînatoire où les membres du gouvernement français comparaissent ».

 

Le Parti Anti Sioniste condamne une nouvelle fois la façon dont nos dirigeants viennent faire allégeance auprès de ce lobby pro-israélien, qui démontre par la même occasion que sa toute puissance n’est pas une « théorie du complot ».

Il rappelle également aux Français que l’antisionisme n’est en aucune façon un racisme contre les juifs, mais une dénonciation légale des exactions commises par le sionisme en Palestine et dans le monde.

Il est temps que notre peuple se libère enfin de la dictature sioniste qui gouverne notre pays, et élise des responsables politiques indépendants de l’influence israélienne.

Il serait bon de penser à cela au moment de mettre le bulletin dans l’urne lors de l’élection qui arrive.

Quant à nos politiciens qui se prosternent devant les instances pro-israéliennes, obéissant docilement à leurs injonctions, le peuple saura leur rappeler leur forfaiture en temps voulu.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=16146
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste

La ville syrienne d’Al-Bab aux mains des Turcs

al-babAprès plusieurs mois de combats opposant l’armée turque (aidée des rebelles de l’ASL) et le groupe terroriste de Daesh, la dernière place forte encore aux mains de ces derniers vient de tomber dans la région d’Alep.

En effet, le ministre turc de la défense, Fikri Isik, a annoncé ce jeudi 23 février à l’agence de presse pro-gouvernementale « Anadolu » que :

« La ville d’Al-Bab est désormais presque sous contrôle », avant d’ajouter que les forces d’Ankara étaient « entrées dans le centre-ville » et que « des opérations de ratissage de grande ampleur étaient en cours ».

Quant aux forces de l’armée syrienne libre (ASL), elles n’ont pas attendu pour annoncer « la libération totale de la ville ».

Si ces informations s’avéraient exactes, il s’agirait d’une double victoire pour Ankara, qui avait lancé l’opération « Bouclier de l’Euphrate » fin août dernier pour chasser Daesh, ainsi que les milices kurdes soutenues par Washington, mais considérées comme terroristes par la Turquie.

La première raison de cette victoire consisterait à avoir chassé Daesh de sa frontière (Al-Bab ne se situe qu’à 25 km de la frontière turque).

 

La seconde raison de ce succès serait que l’armée turque couperait toute possibilité aux kurdes syriens de contrôler une bande continue tout au long de la frontière turque, car désormais, le canton de l’Est avec Kobané et celui de l’Ouest avec Afrine, seraient séparés par les territoires fraichement contrôlés par Ankara.

 

Cependant, la situation reste explosive : l’armée turque ainsi que les rebelles de l’ASL pro-turcs, se retrouvent de ce fait face à l’armée syrienne et ses alliés.

 

carte-syrie-au-9-fevrier-2016-infographie-big - copieIl faut rappeler que les troupes gouvernementales syriennes étaient arrivées à 1,5 km d’Al-Bab, mais que la Russie avait demandé à son allié, Damas, de ne pas entrer dans la cité pour laisser une chance à cette nouvelle collaboration (Turquie/Russie/Iran).

 

Les prochains jours seront donc décisifs, et les prises de décisions des différents protagonistes de la scène syrienne amèneront soit à une dégradation de la situation qui deviendra vite incontrôlable, soit à un apaisement qui dirigera vers l’espoir d’une solution politique.

 

En effet, comment va réagir la coalition américaine, qui travaille avec acharnement à la partition de la Syrie ? La prise d’Al-Bab voit s’éloigner encore un peu plus l’idée d’un gouvernement indépendant kurde, pro-américain, tant désiré par Washington (mais aussi Tel-Aviv, qui suit cela de très près).

De plus, la Turquie, en annexant une partie du territoire syrien, doit maintenant traiter avec la question d’une occupation prolongée d’une partie d’un pays étranger, pays qui ne restera certainement pas passif face à cet état de fait.

Va-t-elle s’installer dans le Nord de la Syrie, à ses frontières, au risque de s’attirer les foudres de Damas et de ses alliés, et mettre ainsi en péril cette nouvelle triple alliance Turquie/Russie/Iran ?

Ou bien, va-t-elle se retirer de ces territoires, après que des garanties la satisfaisant lui soient accordées, solidifiant ainsi cette nouvelle alliance ?

Seul l’avenir apportera des réponses à ces questions d’une importance capitale pour la région.

 

Le Parti Anti Sioniste appelle les acteurs de la scène syrienne à prendre les bonnes décisions, celles qui amèneront vers un apaisement et une solution politique, mettant fin à six années de conflit meurtrier.

Il espère que le gouvernement turc agira avec sagesse, et évitera toute situation pouvant déboucher sur une confrontation avec l’armée syrienne, maîtresse légitime de tout son territoire.

Dans le cas contraire, avec le jeu des alliances, les évènements pourraient très vite prendre une tournure catastrophique, non seulement pour la région, mais aussi pour le monde.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

 

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=16117
telegramPour recevoir les actualités de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien et appuyer sur « Join » En savoir plus: https://telegram.me/partiantisioniste

Rechercher

S’inscrire à la newsletter

une marche vers Jérusalem (Al Qods)

Suivez Parti Anti Sioniste

telegram
Suivez Parti Anti Sioniste sur Telegram pour ne jamais manquer les actualités les plus importantes grâce à nos sélections du jour. Pour recevoir les derniers articles, vidéos et No comment de notre chaîne, il suffit de télécharger l'application Telegram sur n'importe quel smartphone, tablette ou ordinateur puis cliquer sur le lien : https://telegram.me/partiantisioniste et appuyer sur « Join »

Sondage

facebook du Parti anti sioniste

Adhesion au Parti anti Sioniste

Adhérer  au  PAS

Réseaux sociaux

no comment !