• Israël / Turquie, retour au grand amour

    La presse israélienne annonce l’imminence de la signature d’un accord commerciale concernant l’exportation de gaz nature ...

  • PAS l’Info décrypte l’actualité ! Saison 6 Émission N°35

    National : Témoignage d’un CRS : l’Etat laisse t’il faire les casseurs ? ; Festival de Cannes sous protection israélienn ...

  • Emouna, l’Amphi des Religions à Sciences Po

    En septembre prochain, l’institut d’études supérieures de la rue saint-guillaume, sciences po paris, ouvrira une f ...

  • France : La guerre contre l’islam a commencé ! [Vidéo]

    Le Parti Anti Sioniste dénonce fermement l’opération inhumaine menée à Bourgoin-Jallieu contre une famille musulma ...

  • ISRAËL A L’OTAN : BIENTÔT UNE ADHÉSION A PART ENTIÈRE ?

    L’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) a « invité », l’entité sioniste, à ouvrir une représent ...

  • NO COMMENT !

    ...

  • Le saviez vous ? Qui veut détruire l’armée française ?

    Depuis des décennies, nos gouvernements successifs acquis aux intérêts euro-atlantistes ont lancé une mécanique qui rédu ...

  • Notre sécurité confiée à des criminels israéliens

    Encore une information passée sous silence par nos médias aux ordres : on apprend que David Lisnard, Maire « Les républi ...

Israël / Turquie, retour au grand amour

israel-turquieLa presse israélienne annonce l’imminence de la signature d’un accord commerciale concernant l’exportation de gaz naturel depuis l’entité sioniste vers la Turquie.

Ainsi, Ankara pourrait acheter la moitié de la quantité de gaz extraite du gisement « Léviathan », à partir de 2020, avant de le transporter vers l’Europe, dans une deuxième étape.

Ce projet de traité commercial intervient au moment où la Turquie, visée par des représailles économiques russes depuis que son armée a abattu en Syrie un chasseur-bombardier Sukhoï, cherche désespérément de nouvelles sources d’approvisionnement en gaz. Or, l’État criminel israélien souhaite commercialiser les immenses réserves de ce combustible récemment découvertes au large de ses côtés. Il y a donc convergence d’intérêt entre les deux pays qui semblent prêts à oublier les divergences du passé.

En effet, cet accord scelle le rapprochement diplomatique entre Ankara et Tel-Aviv, après  cinq années de glaciation. Les relations avaient été officiellement interrompues après « l’incident » de la flottille (doux euphémisme employé par les médias occidentaux sionisés pour parler d’un carnage largement prémédité), en mai 2010, lorsque les forces israéliennes avaient abordé le navire « Navi Marmara » dirigé par des militants turcs qui tentaient de briser le blocus de Gaza.

Les commandos sionistes avaient alors assassiné neuf militants désarmés, entrainant le courroux d’Ankara qui avait alors expulsé l’ambassadeur israélien, rappelé le sien qui était en poste en Israël, et suspendu la coopération militaire avec l’entité sioniste et empêché la participation de l’entité criminelle à des exercices militaires avec l’OTAN. Le Président Erdogan avait aussi exigé une indemnisation financière pour les familles des disparus ainsi que la levée immédiate du blocus de l’enclave palestinienne de Gaza.

Depuis, des émissaires des deux pays ont entamé des négociations secrètes afin de trouver une issue à la crise, et, en décembre dernier, un projet d’accord en plusieurs points a été élaboré, que Benyamin Netanyahou et Recep Tayyip Erdogan devraient avaliser officiellement d’ici peu. Israël, qui avait déjà présenté ses regrets en 2013, créera un fond de vingt millions de dollars destinés à indemniser les familles des morts du «Navi Marmara».

Quant aux ambassadeurs des deux pays, ils réintégreront leurs bureaux respectifs, alors qu’Ankara mettra fin à toutes les procédures engagées contre l’État criminel israélien et que la Turquie expulsera où empêchera d’agir Salah Al Arouri, un dirigeant du Hamas qui animerait à partir du territoire turc une infrastructure opérationnelle en Cisjordanie.

Ces négociations viennent après une année noire pour la Turquie. La guerre civile syrienne a jeté le pays dans la crise, exacerbant le conflit avec les Kurdes turcs et menant certains à dévoiler le soutien de la Turquie envers l’organisation terroriste État islamique, qui combat les forces kurdes en Irak et à qui elle achète du pétrole.

La Turquie a également accueilli deux millions de réfugiés fuyant la guerre. Elle affronte également des tensions avec l’Égypte au sujet du soutien turc au Hamas et aux Frères musulmans, maintenant interdits en Égypte, et des tensions avec la Russie à la suite de l’abattage d’un avion militaire russe par la Turquie en novembre dernier.

Tous ces éléments poussent l’autorité turque à restaurer les liens avec Israël, qui a été depuis toujours un partenaire historique. En effet, La Turquie a reconnu l’entité criminelle sioniste peu après sa fondation en 1948, et pendant les années 1990 les deux pays ont construit une relation forte de défense, menant régulièrement des exercices militaires conjoints et signés des ventes d’armes.

Lors de son arrivée au pouvoir en 2002, le Président Erdogan avait semblé vouloir réorienter sa politique étrangère en faveur des Palestiniens, laissant croire au monde musulman qu’il était le nouveau héros de la cause palestinienne, mais, mis à part quelques gesticulations verbales savamment théâtralisées et purement démagogiques, rien de concret n’a été réalisé dans ce sens.

Dans la réalité, jusqu’au « carnage de la flottille », les relations bilatérales entre Israël et la Turquie avaient connu une très nette amélioration sous le régime du Président Erdogan. Le volume d’échanges commerciaux entre Tel-Aviv et Ankara avait largement augmenté avec une coopération très dynamique dans le secteur du tourisme, de l’eau, l’agro-alimentaire, l’énergie, et même l’armement. En effet, depuis 2005, l’armée turque utilise les drones israéliens MALE Heron, alors que jusqu’en 2010, la Turquie était la 1ère destination touristique des Israéliens.

En termes de politique étrangère, l’implication active de la Turquie dans la guerre américano- sioniste menée contre la Syrie et son peuple, a fait tomber le masque et a dévoilé au grand jour son alliance et sa convergence d’intérêts avec les ennemis de la résistance.

En début d’année 2016, Erdogan déclarait alors, pour ceux qui auraient encore des doutes, « Nous devons accepter le fait que nous avons besoin d’Israël. C’est une réalité dans la région ». Son exigence de levée immédiate du blocus de Gaza n’étant désormais qu’un lointain souvenir….

L’entité sioniste, elle, se réjouit du renforcement des liens avec l’un de ses rares partenaires commerciaux au Moyen-Orient. Cela lui rouvrirait la porte à des exercices militaires avec l’OTAN, même si sa motivation principale reste économique. En effet, depuis des mois, le premier ministre et criminel de guerre, Netanyahu, a poussé pour promulguer un programme controversé qui autoriserait l’exploitation de l’énorme gisement off-shore de gaz naturel israélien, qu’il considère comme essentiel pour la sécurité nationale d’Israël. Un accord avec la Turquie pourrait à la fois la restaurer comme allié et en faire un gros acheteur de gaz naturel israélien.

 

Le Parti Anti Sioniste condamne et se désole de l’attitude de la Turquie consistant à commercer avec l’entité sioniste criminelle. Il est triste de voir ce pays musulman, à la civilisation plurimillénaire, se fourvoyer en s’alliant avec un état terroriste qui occupe, assassine et torture des populations civiles désarmées.

Il n’y a aucun doute que le peuple turc ne cautionne en rien la politique étrangère pro-sioniste de ses dirigeants, qui osent se réclamer de la religion musulmane alors qu’ils en bafouent toutes les valeurs.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste

 

© http://www.partiantisioniste.com/?p=12367

PAS l’Info décrypte l’actualité ! Saison 6 Émission N°35

National : Témoignage d’un CRS : l’Etat laisse t’il faire les casseurs ? ; Festival de Cannes sous protection israélienne !

International : Un Israélien nommé Gouverneur de la Banque Centrale du Brésil ; Comment Riyad arme les terroristes en Syrie ?

Brèves : Révélation France: L’État ponctionne à 67% les salaires des plus pauvres ! ; Les BRICS vont lancer une agence de notation dédiée aux marchés émergents ; La CIA détruit un rapport du Sénat sur ses tortures ; Des déchets nucléaires sous nos pieds !

Facebook/PASLINFO

Freebox, rubrique « vidéo perso »

paslinfo.blogspot.fr

© http://www.partiantisioniste.com/?p=12360

Emouna, l’Amphi des Religions à Sciences Po

Emouna-lamphi-des-religions-à-Sciences-Po-à-Paris-Photo-Sciences-Po-2En septembre prochain, l’institut d’études supérieures de la rue saint-guillaume, sciences po paris, ouvrira une formation portant le nom: «Emouna, l’Amphi des Religions», servant à former les futurs prêtres catholiques, pasteurs, rabbins, imams et moines bouddhistes du pays, en insistant particulièrement sur les compétences nécessaires pour l’exercice de ces fonctions afin de renforcer les liens et la connaissance mutuelle entre les uns et les autres, et assumer ce qu’ils estiment être une juste place dans la laïcité et la culture françaises, tels que ces mots doivent être idéologiquement compris lorsque nous les entendons sortir de la bouche de nos oligarques sionistes.

Ce programme qui s’adresse en tout premier lieu aux ministres des cultes, en exercice ou en cours de formation, ainsi qu’aux responsables des différentes communautés religieuses et à toute personne justifiant un projet en liens étroits avec les objectifs de cette formation, se déroulera non seulement dans les locaux de sciences po paris, mais également dans des lieux de cultes et communautaires.

Il s’agirait donc de dix-huit journées de formation en neuf mois, réparties en quatre modules qui devraient se conclure par la présentation d’un mémoire de recherche et d’un certificat de validation.

À moins d’avoir un certain recule permettant d’y décerner une évidente et officieuse volonté de dénaturer les différentes traditions religieuses et de pervertir le peu d’éthique que celles-ci arrivent de moins en moins à manifester au sein de nos sociétés de plus en plus décadentes, en les assimilant paradoxalement aux valeurs de notre république sioniste, maçonnique, et laïque qui trouve ses origines, ne l’oublions pas, dans le génocide sanglant de la france chrétienne, fille aînée de l’église, cette formation qui pourrait être présentée comme une alternative à certains maux qui toucheraient les différentes communautés confessionnelles, ainsi que les drames qui font de plus en plus écho dans l’actualité, pourrait malheureusement passer comme une alternative possible auprès des esprits souvent peu éveillés de beaucoup de français.

C’est pourquoi le Parti Anti Sioniste invite les fidèles sincères des différentes religions à témoigner de l’authenticité de leurs messages respectifs, et a s’unir, non pas dans un œcuménisme qui détruirait nos traditions respectives, mais bien dans une résistance face à l’ennemi commun.

Nous avons d’ailleurs la conviction que dans notre contexte, c’est dans l’action, et non dans la passivité, qu’il est à la fois possible d’établir un véritable dialogue productif et de vivre une authentique coexistence.

Nous interpellons tout particulièrement les différentes communautés musulmanes à travers l’Europe qui, entre culpabilisation et victimisation, sont actuellement le maillon mis aux devants d’un processus de choc des civilisations, afin qu’elles comprennent que tous ces imams de contrefaçon que l’on entend dans nos médias, ainsi que toutes ces associations revendiquant défendre leurs droits, où les représenter, tout en étant à la bote du sionisme, comme par exemple le CFCM de Nicolas Sarkozy ou bien même les quelques petits partis politiques confessionnelles, ne pourront rien face à cette radicalisation islamophobe qui ne fera qu’empirée.

Le salut ne se trouvera ni dans le fondamentalisme de daech et consort, ni dans l’extrémisme laïque et son islam de france, mais bien dans une véritable unité islamique, ainsi que dans une alliance chevaleresque avec toute personne de bonne volonté et éprise de justice.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=12354

France : La guerre contre l’islam a commencé ! [Vidéo]

Le Parti Anti Sioniste dénonce fermement l’opération inhumaine menée à Bourgoin-Jallieu contre une famille musulmane, alors que le père se trouvait en Tunisie.

Le 29 janvier dernier, la mère reçoit la visite de la police et des services sociaux (cinq policiers et quatre fonctionnaires) qui ont décidé, sur ordre des autorités judiciaires, d’enlever les enfants sous le prétexte que leur papa était parti en Syrie et pratiquait un Islam radical.

La jeune maman, terrorisée, leur explique alors que son époux est en Tunisie et elle les supplie de lui laisser ses enfants. Mais c’est avec une cruauté inimaginable que les trois enfants présents (trois mois, un an et demi et quatre ans) ont été emmenés vers une destination inconnue et que les deux autres, âgés de cinq et six ans ont été pris à l’école sans qu’ils ne puissent voir leur mère.

La cruauté a été telle qu’on a même refusé à la maman de tirer son lait pour le donner à son bébé.

Doit-on voir dans cet acte irresponsable la volonté de terroriser les musulmans vivant en France ?

Comment une erreur aux conséquences aussi dramatiques a-t-elle pu être commise alors que les dirigeants de notre pays appelaient à l’apaisement ?

La guerre contre l’islam, prônée le 9 janvier dernier par le premier ministre israélien Netanyahu, a-t-elle déjà commencé en France ?

Cette hystérie risque d’avoir des conséquences graves si rien n’est fait pour l’enrayer dès aujourd’hui.

Par Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=2866

ISRAËL A L’OTAN : BIENTÔT UNE ADHÉSION A PART ENTIÈRE ?

natoL’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) a « invité », l’entité sioniste, à ouvrir une représentation en son sein.

Ce prélude à une entière adhésion après des années de «  coopération » aura-t-il un impact géostratégique sur la région du Moyen-Orient et sur le monde ?

 

«Israël accepte l’invitation et ouvrira un bureau dans un avenir proche», se réjouit le premier ministre israélien Benjamin Netanyahou.

Sous-entendre ainsi que l’entité sioniste ne sollicite rien…c’est faire l’impasse sur des années de lobbying acharné, dans les alcôves de ses alliés officiels et officieux.

C’est d’ailleurs grâce à l’un d’entre eux, la Turquie pour ne pas la nommer, que l’entité sioniste pourra se prévaloir d’entrer dans l’une des alliances militaires les plus dangereuses de la planète.

Depuis 1994, l’entité sioniste est membre du dialogue méditerranéen de l’OTAN et y tient un rôle «très actif» de l’aveu même de l’organisation.

Par la suite, l’état criminel israélien signe en 2004 un accord avec l’OTAN mettant en place des exercices militaires conjoints.

En 2005 est ratifié un autre accord de coopération militaire, dont les militaires sionistes se targuaient, grâce à celui-ci, de « renforcer la capacité de dissuasion d’Israël face des ennemis potentiels qui le menacent, et notamment l’Iran et la Syrie. » Allons bon…Les récents développements de la région du Moyen-Orient nous montrent à quel point la Syrie et l’Iran sont des menaces…

En 2006, un projet de coopération entre l’OTAN et l’entité sioniste, approuvé par les États-Unis, permis des interventions sur 27 sites dans le monde.

Juste avant cet accord capital, et seulement deux mois après la guerre du Liban de 2006, pendant un séminaire sur les relations OTAN/Israël, la ministre des Affaires étrangères Tzipi Livni, déclarait que l’entité sioniste aurait préféré que l’OTAN « fasse le travail qu’Israël a fait au Liban ».

Le secrétaire général adjoint de l’OTAN, Alessandro Risso lui rappela la « coopération capitale » entre l’OTAN et l’entité sioniste. On est entre amis…Cet accord fait de l’entité sioniste le premier pays non européen, ainsi que le premier pays du Moyen-Orient, à atteindre un tel niveau de coopération avec l’OTAN.

Rien ne vous choque ? La capacité de l’Europe et de « l’Occident » à remettre en cause, apparemment, son homogénéité culturelle et politique, montre en vérité le total alignement idéologique entre toutes ces entités.

Il n’est plus à prouver que l’entité sioniste est d’inspiration purement européenne, loin de l’histoire officielle d’un peuple retrouvant sa terre…Il apparait donc logique d’un certain point de vue qu’une solidarité entre peuples européens se mette en place contre le prétendu ennemi multiséculaire qui se trouve chez lui, au Moyen-Orient, depuis toujours…

Netanyahu, a toujours souhaité que l’entité sioniste adhère à l’OTAN, c’est même la pierre angulaire de sa politique extérieure lors de ses différents mandats.

« The Jerusalem Post » évoque cet objectif, car cette adhésion est essentielle dans l’hypothèse d’une « future confrontation avec l’Iran » (1er avril 2008).

Cette hypocrisie atteint son paroxysme quand on sait qu’en pleine opération « plomb durci », en 2008-2009, contre Gaza, les échanges de renseignements militaires entre l’OTAN et l’entité sioniste allaient bon train.

En effet, Gaza est un dangereux état, pourvu de capacités militaires terrifiantes…c’est bien connu.

Ainsi le journal « al ahram » rapporte en 2010 :

« Avant le lancement de l’Opération Plomb Durci sur Gaza, l’OTAN échangeait déjà des renseignements avec Israël, partageait son expertise en matière de sécurité, et organisait des exercices militaires communs. (…) Scheffer, le précédent Chef de l’OTAN, s’est même rendu en Israël au beau milieu de l’offensive en cours sur Gaza. Et à l’époque, l’opinion des officiels de l’OTAN était que la coopération avec Israël était essentielle à leur organisation. » (Al Ahram, 10 février 2010) .

On se rend bien compte de l’énorme bénéfice que tire l’entité sioniste de tels accords.

Sa rhétorique guerrière et mensongère montre bien les objectifs sous-jacents d’une telle alliance.

Ainsi, Benjamin Netanyahu déclarait à propos de cette représentation à l’OTAN« Les pays étrangers veulent collaborer avec nous en raison de notre détermination à combattre le terrorisme, notre savoir-faire technologique, et notre réseau de renseignement, entre autres choses ».

Assimiler Résistance et terrorisme fait partie depuis longtemps de la propagande israélienne mais personne n’est dupe de la duplicité sioniste notamment quand on connaît l’alliance objective entre Daesh et l’entité sioniste contre l’arc de la Résistance.

Seulement, la future probable adhésion de l’entité sioniste à l’OTAN, pourrait avoir des implications et conséquences désastreuses pour la région.

Elle signifierait un blanc-seing pour agresser (Gaza, Liban…) et le déclenchement de représailles internationales si l’agressé venait à se défendre, par la mise en route d’un mécanisme automatique d’alliances. En effet, selon la Charte de l’OTAN, toute agression contre un membre de l’OTAN est considérée comme une agression contre tous ses membres.

 

Ainsi, un conflit régional voire mondiale n’est plus à exclure et fait craindre le pire pour cette région déjà fortement éprouvée.

 

Le Parti Anti Sioniste ne peut que dénoncer de telles alliances qui mettent encore plus en péril cette région du globe où la moindre étincelle peut déclencher un conflit global, et s’étonne de l’absence de réaction des pays Arabes, concernés au premier chef par un tel tournant historique.

 

Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
Yahia Gouasmi
Président du Parti Anti Sioniste
© http://www.partiantisioniste.com/?p=12345

Rechercher

S’inscrire à la newsletter

une marche vers Jérusalem (Al Qods)

Sondage

facebook du Parti anti sioniste

Adhesion au Parti anti Sioniste

Adhérer  au  PAS

Réseaux sociaux

no comment !